lundi 18 octobre 2021 - 16h35

Dernière actu

Vente du stade des Bas-Prés: une décision vivement taclée

24 février 2021 Club

La future acquisition du stade de l’UR Namur par le BEP, qui souhaite y créer un parking, a suscité l’émoi au sein des supporters. Les opposants politiques se sont eux aussi essuyé les crampons.

Les jours du stade des Bas Près sont donc comptés à Salzinnes. Le Conseil communal a validé, mardi soir, la revente du site au BEP qui, à terme, y créera un nouveau parking en extension du palais des Expositions. Montant de la transaction évoqué par le bourgmestre Maxime Prévot dans nos colonnes: aux alentours de 500 000€, pour autant que le terrain ne doive pas faire l’objet d’une phase de dépollution préalable à la revente. Les Merles doivent déménager vers le stade de l’Adeps à Jambes, à l’horizon 2022. Contre le gré de nombreux supporters et autres usagers des infrastructures salzinnoises. Le mécontentement est manifeste aussi autour de la table du conseil communal. Pour Fabian Martin, la décision dépasse le simple cadre footballistique. «On a une nouvelle illustration de la politique de déconstruction menée par la Ville en matière sportive, dit le chef de file des socialistes. À Salzinnes, d’autres infrastructures ont subi le même sort. Il ne reste que Tabora… qui est overbooké. On ne tient pas compte des besoins réels des gens, de ces jeunes qui ne se déplaceront pas jusqu’à Jambes pour faire du foot. À Namur, c’est l’économique qui gagne toujours.»

L’UR Namur à Jambes, voilà une option qui n’aurait jadis pas été envisageable. Dixit Françoise Kinet. «Les anciens doivent se retourner dans leur tombe», déclare la conseillère indépendante.

Le projet de revente au BEP ne date pourtant pas d’hier, rappelait Maxime Prévot. Ce qui a le don d’irriter la Bomeloise. «On savait que c’était sur la table. Pourquoi n’a-t-on donc pas cherché à trouver un terrain d’entente avec le club et ses supporters, en amont?»

Françoise Kinet n’hésite pas à tacler la Ville et le BEP sur la future destination du site. «Un parking? Pourquoi ne pas proposer aux utilisateurs de se garer au parking relais de Bouge. Ce qui est bon pour les commerçants namurois est bon pour le BEP», ironise-t-elle. «Ce ne sera donc que la 3e fois qu’un terrain de foot à Namur est perdu pour des parkings… On doit détenir un record là.» Pour Françoise Kinet, il est temps de trouver un lieu pérenne qui rencontrerait les attentes du club. Pourquoi ne pas explorer les contrées bougeoises? demande-t-elle. C’est aussi la suggestion du PTB. «La Ville prend une décision pour tous, elle doit être capable d’écouter et d’entendre l’appel des supporters et d’en tenir compte, dit Farah Jacquet. Ceux-ci sont contre le déménagement de l’UR Namur à l’Adeps, pourquoi ne pas les laisser s’installer sur le plateau de Bouge plus proche de leur base historique comme il le souhaiterait.» Et la gauche radicale de s’inquiéter des modalités d’accès du futur parking «Sera-t-il accessible à toute la population? Les citoyens devront-ils posséder un abonnement? Pouvons-nous imaginer la gratuité pour les Salzinnois?»

«Le stade de l’Adeps, pas la même ambiance»

Les infrastructures de l’Adeps vers lesquelles le club doit migrer «sont incompatibles avec une ambiance chaleureuse qui est chère aux supporters», dit Loïc Demarteau. Et le chef du groupe DéFI de remettre en question les aménagements qu’il faudra prévoir à Jambes. «Des aménagements à moindres coûts, d’après Mr. Sohier (NDLR échevin des Sports) afin de permettre d’avoir une classe “business” et une buvette. Pourquoi à moindre coût? Pourquoi ne pas alors doter un autre terrain de la Ville ce qui coûte parfois moins cher que d’aménager l’existant?»

Le politique a donc été le réceptacle de l’émoi qu’a créé l’officialisation de la vente du stade de l’UR Namur. Cela s’est traduit dans les votes. L’opposition est, sans surprise, unanimement contre. Tandis qu’au sein de la majorité, l’union sacrée se fissure. Véronique Delvaux-Mauléon (veuve de l’ancien joueur de l’UR Namur Patrick Mauléon et conseillère cdH) a partagé son mécontentement. Étienne Nahon, fervent supporter et conseiller MR, a quant à lui préféré ne pas assister aux débats.

Salzinnes Demain: une lettre qui fait office de carton jaune

Dans une lettre adressée à tous les conseillers communaux, le collectif Salzinnes Demain a fait part de ses préoccupations liées à la vente du stade de l’UR Namur.

«Une fois de plus, un terrain de sport est voué à être sacrifié au profit de la voiture individuelle. Manifestement son implantation est de nature à amener une plus-value au Palais des Expositions, à améliorer la fluidité de la circulation sur la N 90 G et surtout à lutter contre l’encombrement des rues avoisinantes lors des grandes manifestations», écrit Jean-Paul Dock Gadisseur.

Le Collectif sort son carton jaune et avertit les élus. Il souhaite attirer leur attention «sur la nécessité de coupler ce projet à une analyse plus large de l’avenir du quartier».

Salzinnes Demain se demande si le P + R situé en face du Palais des Expositions sera maintenu? «Son succès actuel est plus que mitigé. Interrogé par le public lors d’une séance publique d’information organisée par le Collectif en présence des membres du Collège, Monsieur le Bourgmestre s’est dit ouvert à mettre à l’étude la reconversion de cet espace en parc public. Cette démarche permettrait d’apporter une compensation en matière d’espace naturel d‘ailleurs recommandée par le CoDT.»

Enfin, les Salzinnois verraient bien la future Maison Administrative Provinciale mettre son parking à disposition lors des grandes manifestations, comme la Province et la SNCB le font déjà. Et de conclure en insistant sur la nécessité de tenir compte «des intérêts légitimes de tous les acteurs concernés, en premier chef ceux qui ont fait choix de s’y installer».

Bertrand LANI – L’Avenir – 24/2/2021

https://www.lavenir.net/cnt/dmf20210223_01557732/vente-du-stade-des-bas-pres-une-decision-vivement-taclee

Laisser un commentaire