lundi 6 février 2023 - 16h40

Dernière actu

Tyron Crame est très désiré par Namur, mais ce n’est pas simple. Tyron Crame est très désiré par Namur, mais ce n’est pas simple. - Facebook

Les coulisses du transfert de l’attaquant Tyron Crame à Namur (D2): « Le président Annet s’est pris pour un cow-boy »

Tyron Crame est proche d’un transfert à l’Union Namur. L’attaquant a été au centre de discussions animées depuis une semaine et le moins que l’on puisse dire, c’est que le président namurois ne s’est pas fait des amis dans le club symphorinois.

Viendra ou viendra pas. L’épisode Tyron Crame aura en tout cas animé les bords de Meuse dans ce début d’année. L’attaquant tant convoité depuis plusieurs mois, tant par le staff d’Olivier Defresne que celui de Cédric Fauré, et encore plus avec la poussée vers la sortie de Mike Ebui, est proche de déposer ses valises au stade Communal. Aucune confirmation officielle n’est tombée ce vendredi. Celle-ci devrait tomber ce week-end si les deux clubs formalisent bien l’accord dans un climat qu’on pourrait qualifier de tendu, voire pire. Olivier Lamblin, président de Saint-Symphorien, de retour de voyage à l’étranger, n’est en tout cas pas près de partir en vacances avec le président namurois Bernard Annet.

« C’est un dictateur qui veut avoir raison sur tout. Sauf qu’il est tombé sur un os », raconte le chairman du leader de la D3A ACFF. « Notre première discussion s’était déjà à moitié bien passée. Elle datait de dimanche dernier et Bernard Annet marquait son intérêt ouvertement pour Tyron en revendiquant des choses. Personnellement, je n’ai aucun souci avec le joueur et je ne suis pas là pour freiner la progression d’un jeune. Moi-même, j’ai un fils (Dalyan) à La Gantoise. Et le jour où Tyron voudra revenir chez nous, la porte sera toujours ouverte. Je ne vais cependant pas me laisser faire. »

Les deux clubs ont alors discuté du coût d’un transfert. Le président namurois a évoqué un montant de 1.500 euros selon nos informations recoupées. Bien trop peu pour son homologue montois. « Il valait ce prix début de saison. Pas maintenant, alors qu’il est meilleur buteur de la D3A (14). Et puis moi, il faut que je trouve un autre attaquant pour le remplacer, ce n’est pas facile, même si notre ambition n’est pas spécialement de monter en D2 malgré notre bon noyau. J’ai donc répondu à Bernard Annet que j’allais en informer mon comité et qu’il aurait une réponse rapide en début de semaine. Alors, il s’est énervé en disant : « Vous êtes président et vous ne décidez de rien. À Namur, c’est moi qui paie et c’est moi qui décide de tout. » Après cela, le contact s’est moins bien passé. Je lui ai expliqué qu’il agissait comme il voulait mais que moi, par respect pour mon comité, je ne procédais pas comme ça. Si mon comité est contre ce départ de façon majoritaire, le joueur ne partira pas. »

De son côté, Crame, 20 ans, s’est retrouvé un peu perdu, lui dont les intérêts sont défendus par un manager, Toni Buscemi, un ancien boxeur. « Le gamin, il ne sait pas. Un jour, il dit oui, l’autre jour, il s’en fiche », reprend le président hennuyer dont le dernier contact avec son homologue namurois remonte à lundi soir, après discussion avec son comité. « Cela a été court. Une grosse minute. Il m’a raccroché au nez comme une m… en disant que j’étais un marchand de tapis, en me dénigrant, avec un manque de respect total. »

Les tensions se cristallisent toujours autour de la somme du transfert. Énervé par la situation, Olivier Lamblin a réclamé 4.000 euros pour son goleador toujours selon nos informations, avec une marge de manœuvre à la baisse. « Il n’a même pas voulu discuter, le gars se prend pour un cow-boy. Qu’il assume ses actes maintenant », ajoute le président de Saint-Symphorien qui ne confirme aucun montant. « Désormais, je ne transige plus. Ce sera notre prix et point barre. Je ne veux plus avoir de contact avec Bernard Annet, j’ai même bloqué son numéro de GSM. »

Visite médicale

Namur n’était pas le seul candidat pour Crame. Alost (D2) a également montré de l’intérêt. Le joueur a même rencontré les dirigeants ce jeudi soir. « On a pris la température. C’est bien, mais il y a de la route et Tyron n’est pas certain d’être titulaire », nuance l’agent Toni, revenu ce vendredi à Namur pour discuter avec le staff et la direction ainsi que pour passer un examen médical à la clinique du sport. « À Namur, Tyron a reçu des garanties pour être titulaire. »

Des confirmations qui doivent venir du staff puisque Bernard Annet avait déclaré, par téléphone, au président de D3A que le joueur devrait se battre pour avoir sa place. « C’est intéressant. C’est en bonne voie avec Namur, mais il n’y a rien de fait. Les clubs doivent se mettre d’accord. Tyron est toujours un joueur de Saint-Symphorien ce vendredi et ce samedi, il jouera avec les Bleus contre le Léopold. On verra après », rajoute le manager Toni qui semble confiant sur le fait de voir son poulain s’entraîner avec les Merles en début de semaine prochaine.

Soumis au black-out voulu par le club, notre journal n’a pas su faire réagir le matricule 156.

Par Jérôme Nellis
Journaliste – Responsable rédaction sportive
Publié le 14/01/2023 à 07:50

https://www.sudinfo.be/id601211/article/2023-01-14/les-coulisses-du-transfert-de-lattaquant-tyron-crame-namur-d2-le-president-annet?fbclid=IwAR2id-xwSr89m0_eFh5OCmW3JFVvYkJvNUy7NZAaV7u6SwMEgj0OfxIPgCQ#601203

Laisser un commentaire