dimanche 3 mars 2024 - 23h48

Dernière actu

Rosmolen et Namur auront droit à un gros morceau ce samedi. Rosmolen et Namur auront droit à un gros morceau ce samedi. ©EDA

Et si Namur montait deux fois en deux ans ?

En lice pour la tranche et la montée, Namur a droit à un gros match ce samedi.

Si plusieurs équipes sont restées au repos la semaine dernière, Namur, lui, a joué. Et les Merles ont réalisé la bonne opération en venant à bout de BInche. Avec 32 points, les Namurois occupent la troisième place, en compagnie de Tubize. Tubize qui est justement le prochain adversaire de Namur. “C’est un gros match pour les deux équipes, que ce soit au niveau du classement général ou de la tranche, indique Frédérick Rosmolen. Tubize est une très très bonne équipe. À l’aller, nous avions livré un match référence, mais nous avions pris un but à la fin des arrêts de jeu. Nous avons un match en plus au classement ? Oui, c’est vrai. Mais ce match en retard, il faut encore que nos concurrents le gagnent. Nous, nous avons déjà effectué le boulot.”

Frédérick Rosmolen l’a dit, ce match est aussi important pour la tranche. En tête de la deuxième tranche, avec six points d’avance sur Tubize et trois points d’avance sur Meux, qui comptent un match de moins, Namur effectuera un pas presque définitif vers la première place en cas de succès. “Mais dans l’absolu, je pense qu’un partage à Tubize ne serait pas une mauvaise opération. À condition de faire un six sur six lors des deux derniers matchs de la tranche, face à Jette et La Louvière”, note Frédérick Rosmolen.

On le sait, pour pouvoir grimper en Nationale 1, les clubs de D2 doivent demander la licence. Si Namur et Tubize le feront, d’autres clubs, comme Warnant, Meux ou encore Dison ne le feront pas. “C’est un peu compliqué de s’y retrouver et de se projeter, avoue le Namurois. Des clubs n’ont pas encore vraiment répondu à la question de savoir s’ils allaient effectuer la demande. Je pense à Verlaine notamment. Ce n’est pas évident d’y voir clair.”

Promu en D2 cette année, Namur pourrait donc connaître une nouvelle promotion d’ici quelques semaines. “Est-ce que deux montées en deux ans, ce ne serait pas aller trop vite ? Il faut en tout cas se dire que la N1, c’est un autre monde, que ce soit d’un point de vue sportif ou extra-sportif. Maintenant, si nous pouvons y arriver en deux ans, pourquoi pas, répond Frédérick Rosmolen. Mais ce serait une année compliquée, sauf si le club réalise de gros investissements. Ceci dit, c’est déjà quasiment miraculeux d’être en position pour jouer cette montée, car l’équipe n’a quasiment pas changé malgré la montée.”

Ce qui a changé par contre, c’est le staff. Avec l’arrivée de Cédric Fauré voici quelques semaines, Namur semble avoir passé un palier. “Ce qui a changé ? Je vais dire tout l’aspect tactique et le fait que, désormais, tout le monde se bat les uns pour les autres, analyse Frédérick Rosmolen. Nous voyons une évolution. Après, je n’ai rien contre l’ancien staff et peut-être que le groupe a aussi pris de la maturité. Mais je pense qu’une défaite comme celle subie à Ganshoren, alors que nous étions huit fois plus fort que l’adversaire et que nous menions au score, cela n’arriverait plus maintenant. L’arrivée de Tyron Crame ? Je m’entends très bien avec lui. C’est un profil que nous n’avions pas. C’est un gars qui sait garder un ballon, qui a la vitesse et qui sait provoquer. Un vrai 9 donc.”

 

La DH | Les Sports+ – Loïc Ménagé
Publié le 27-01-2023 à 09h57

https://www.dhnet.be/sports/sport-regional/namur/2023/01/27/et-si-namur-montait-deux-fois-en-deux-ans-XANYSK2ZXFC4VOA4GGQ4KWUJF4/

Laisser un commentaire