jeudi 1 décembre 2022 - 11h09

Dernière actu

Union Namur: premier entraînement à huis clos aux Bas-Prés pour Cédric Fauré…

Le matricule 156 n’est jamais en reste pour « innover » en matière de communication. Ce lundi soir aux Bas-Prés, le club a fait fort…

Toujours enclin à verrouiller sa communication, l’Union Namur n’a, semble-t-il, pas apprécié de voir le nom de Cédric Fauré divulgué sans son assentiment dans la presse. À telle enseigne que cette dernière était persona non grata – avec cerbère à l’appui – pour repousser manu militari les plumitifs trop entreprenants derrière les portes du stade. Surréaliste quand on connaît l’intérêt historique accordé par notre média aux « Merles ».

Le club a probablement le droit de déclarer un huis clos… quoique ! Si le terrain est resté communal, cela pose question.

Cédric Fauré va bientôt signer

Heureusement, nous avons pu rencontrer le futur coach devant l’entrée d’un stade où il venait pour la seconde fois en 48 h « Je me suis montré discret parmi les supporters de Stockay samedi soir » sourit le sympathique entraîneur français âgé de 43 ans, confronté par le passé à des expériences difficiles, notamment à Mulhouse, ce qui ne sera pas négligeable. Et rompu à l’exercice d’une communication positive, ce qui change complètement la perception d’un club ou d’une situation, on l’admettra. « Je n’ai pas encore signé mais cela devrait incessamment se produire, indique-t-il. Samedi soir, j’ai déjà pu entrevoir que le noyau possédait une bonne base ».

Avant cette première séance, il aura eu l’occasion de rencontrer ses joueurs individuellement. « Je vais devoir retenir une vingtaine de noms ou plutôt de prénoms » indique le citoyen de Sombreffe.

Sortir du ventre mou

Si les ambitions annoncées veulent être poursuivies, Cédric Fauré devra sortir les « Merles » du ventre mou, endroit pourtant prévisible pour une formation montante.

Le nouveau coach des Namurois est un homme de challenge et sa manière professionnelle de travailler devrait plaire au groupe de compétiteurs que sont les Unionistes.

Heureusement pour les supporters, la prochaine séance devrait se dérouler à Mascaux mercredi soir, un lieu ouvert à tous, même à la presse. Celle pour qui les mots liberté d’expression et droit au travail ne sont pas que de vagues notions.

L’Avenir – B.J.
Publié le 17-10-2022 à 20h20

Laisser un commentaire