samedi 21 mai 2022 - 23h44

Dernière actu

Union Namur: un titre en deux temps

Bâtie par Zoran Bojovic avec une belle touche namuroise, l’équipe a été reprise de main de maître par Olivier Defresne, qui a fini le travail.

Lorsqu’il a acté la démission de Zoran Bojovic, le président Bernard Annet s’est retrouvé devant un choix difficile pour remplacer le technicien monténegrin. Claudy Verlaine lui a alors conseillé de se tourner vers Olivier Defresne. Un choix gagnant.« Nous ne nous connaissions pas, reconnaît le T.1 namurois.Le président m’a contacté le dimanche soir après la défaite à Binche et le mardi, nous tombions d’accord ».Le gars de Mettet était mis rapidement au courant de l’objectif à atteindre:« la montée sinon rien »résume-t-il succinctement. À mon arrivée, les « Merles » occupaient la 8eplace. « J’ai ensuite appris à connaître le groupe et j’ai trouvé le système qui lui convenait le mieux au vu de ses qualités ». Hormis une défaite à Schaerbeek ( « les Bruxellois étaient meilleurs ce jour-là ») et une autre contre Binche à domicile ( « celle-là a fait plus mal »), la route vers le titre s’est dégagée petit à petit, les « Merles » réalisant souvent une bonne opération.« Je ne pensais pas qu’à quatre matchs de la fin, nous serions déjà en mesure d’être champions ». La faculté de son noyau à rebondir après une (rare) contre-performance lui a aussi facilité la tâche.« J’ai beaucoup insisté sur cet aspect. J’avais été marqué par le discours de Felice Mazzu que j’ai côtoyé au Sporting de Charleroi. Il ne manquait jamais de prévenir d’une éventuelle spirale négative si une réaction rapide n’intervenait pas après une défaite ».

Quand on veut insister sur le rôle important de sa défense, il nous arrête de suite. « Le premier défenseur est l’attaquant qui perd le ballon. En perte de balle, tout le monde défend. Toutes les composantes sont importantes. J’ai la chance d’avoir un groupe responsable, avec du caractère et d’une grande solidarité« . Les reconductions rapides de la grande majorité du groupe auront certainement eu une influence apaisante sur les joueurs en cette fin de championnat stressante.« Je n’ai eu qu’un petit moment de doute lors du départ d’Erwin Senakuku. Heureusement, l’arrivée de Mikaël Olojede nous a apporté. Notre transfuge a notamment inscrit des buts importants. Il a parfaitement rempli son rôle ».Olivier Defresne revient aussi sur ce match-référence contre Tournai.« Nous sommes encore menés à dix minutes du terme avant de retourner la situation. C’était un des duels les plus intenses »se souvient le technicien namurois.

La gestion du groupe (pas si facile qu’il n’y paraît) et celle des cartons jaunes en fin de championnat ont aussi été des atouts importants.« Voilà un mois que j’ai six joueurs à deux cartons jaunes ». Dans cet ensemble victorieux, nous aurons évidemment une pensée pour son excellent staff (Jérôme Patris et Gabriel Perone) mais aussi pour ceux qui ont initié le titre en composant un groupe talentueux et… namurois: Zoran Bojovic, Jean-Christophe Delvaux et Didier Stempels ont aussi posé les fondations de ce titre.

 

Laisser un commentaire